Accueil » Mémoire » Auteurs » Pierric Bailly

 

Pierric Bailly

Biographie

Jeune romancier né en 1982 dans le Jura, il est l’auteur de trois romans dynamitant la langue et les codes narratifs publiés aux éditions P.O.L : Polichinelle (2008), Michael Jackson (2011) et L’Étoile du Hautacam, paru en janvier 2016.  

Cet auteur a participé aux rencontres suivantes :

No(s) identité(s) - 2016

Que ce soit la cité des Pigeonniers, une cité fictive explorée à travers ses lieux et ses habitants dans la fresque de Charles Robinson, Fabrication de la guerre civile, ou le village perché sur une gigantesque tour en béton armé qui est le décor de L’Étoile du Hautacam, de Pierric Bailly, ou bien encore le monde où la nature a repris ses droits à l’être humain que Vincent Message met en scène dans Défaite des maîtres et possesseurs, on retrouve dans ces romans des mondes de fiction qui disent beaucoup du nôtre. Avec, au coeur de ces sociétés en mutation, des multitudes de vies minuscules et bousculées.

Educations sentimentales - 2011

Dans La blessure la vraie, François Bégaudeau met en scène son adolescence à travers la chronique douce-amère d’un été 86 passé en Vendée, entre tournois de tennis, parties de drague, rendez-vous manqués et blessure indélébile. Un roman de formation ironique et décalé que l’on retrouve chez les grands adolescents que Pierric Bailly met en scène dans Michael Jackson, récit d’une génération qui (ré)invente sa réalité et ses amours afin de repousser le plus longtemps possible le passage à l’âge adulte.  

Corps et décors - 2009

Deux romanciers qui se frottent à la délicate question de l’adolescence avec sensualité et audace. Chez Maylis de Kerangal, de jeunes marseillais se retrouvent sur la Corniche Kennedy pour des concours de plongeon. Chez Pierric Bailly, des jurassiens désoeuvrés arpentent le “3.9” en quête d’activités et de sensations. Deux langues inventives qui disent les corps adolescents, la poésie des lieux, et qui interrogent les dérives sécuritaires d’une société craintive et vieillissante.