À QUOI PENSEZ-VOUS ?

Cycle de conversations avec Camille de Toledo

La « détective room » et le cycle de résidence de l’écrivain-chercheur Camille de Toledo, Enquêter, enquêter, mais pour élucider quel crime ? se reconfigure pour proposer une série de conversations nocturnes à distance.
Dès le 7 juin, tous les dimanches, de 23h à minuit, un invité issu des différents champs de la recherche, en art, en histoire, en philosophie, en littérature, etc... sera convié par Camille de Toledo pour répondre à cette question simple, mais cruciale aujourd'hui : « à quoi pensez-vous ? »

Avec l’Ecole urbaine de Lyon, l’association Arty Farty et la Fête du Livre de Bron.


Camille de Toledo / Fête du Livre de Bron 2020 / vendredi 14 février, Université Lumière Lyon 2.
Photo : Paul Bourdrel.

Camille de Toledo en quelques mots.
Écrivain, essayiste et plasticien lyonnais vivant à Berlin, Camille de Toledo est l'auteur de nombreux essais dont Le Hêtre ou le bouleau mais aussi de romans parmi lesquels Vies potentielles, Oublier, trahir puis disparaître (Seuil) et Le livre de la faim et de la soif (Gallimard 2018). Son prochain livre paraitra en septembre prochain aux éditions Verdier.
Au cours de l'hiver 2020, il a débuté une résidence de création sur le thème Enquêter, enquêter, mais pour élucider quel crime ? en partenariat avec l'Ecole Urbaine de Lyon, Arty Farty et la Fête du Livre de Bron. Il la poursuit, sur un nouveau mode, avec le cycle de conversations nocturnes À quoi pensez-vous ?.



À quoi pensez-vous ?
La crise sanitaire qui a saisi le monde et suspendu le cours furieux de la vie humaine en cette année 2020 a conduit de nombreuses âmes pensantes à reconsidérer leur travail pour refonder les manières de vivre et la façon dont notre espèce, sapiens, se relie à la Terre, à ses beautés, à ses formes, à ses manières d’être. C’est ce « temps suspendu », ce contexte où les habitudes sont bouleversées, où la pensée est appelée à tourner autrement ses énoncés, où les corps doivent intégrer des gestes pour en faire un nouveau rituel, que cette série de conversations cherchera à saisir. La question, à quoi pensez-vous poursuit cette interrogation qui motivait le cycle Enquêter, enquêter, mais pour élucider quel crime ? amorcé au début de l’année 2020. Mais elle prend acte des bouleversements de nos vies, de l’éloignement contraint, de l’impossibilité des déplacements et des voyages. Elle accompagne ce passage d’une phase d’instruction – enquêter pour élucider un crime – à une phase singulière, celle de la pandémie, qui rend nécessaire une nouvelle collecte. Une collecte de voix, ici, pour saisir ce qui s’ouvre, dans la pensée, quand la force majeure – un virus – contraint à changer les réflexes, les manières de faire. Il y a cette question bien connue de chaque couple, quand, face à l’horizon, le silence s’impose et qu’au bout de quelques secondes, l’un ou l’autre amoureux demande : à quoi tu penses ? Celles et ceux qui pratiquent la méditation connaissent également cette consigne de ne plus suivre, traquer les pensées, pour s’en détacher et les observer à distance, comme un film mental. Le rendez-vous proposé emprunte à ces deux états : l’état amoureux et l’état méditatif, quand on cherche à mieux cerner ce qui traverse une âme, un esprit, un corps, dans un temps suspendu. C’est dans cette perspective que, tous les dimanches, de 23h à minuit, je m’entretiendrai avec un.e invité.e issu.e des différents champs de la recherche, en art, en histoire, en philosophie, en littérature, etc... Il ou elle sera convié.e à répondre à cette question simple, mais cruciale en ces heures de retraite forcée : « à quoi pensez-vous ? »