Découvrez les invités du festival

Une édition en ligne qui accueille une cinquantaine d’invités aux registres divers : des romanciers, des poètes, des auteurs de BD, de théâtre et de polars, mais aussi des auteurs et illustrateurs jeunesse, des philosophes, des historiens, des musiciens et des artistes réunis autour d’une thématique aux allures de manifeste littéraire : Un invincible été.
Sociologue, anthropologue et philosophe des sciences, grand théoricien du nouveau régime climatique, Bruno Latour est professeur émérite associé au médialab de Sciences Po. Il a récemment été commissaire avec Martin Guinard de deux expositions Zones Critiques, l’une à ZKM en mai 2020 Critical Zones, Observatories for Earthly Politics et l’autre en Novembre 2020 pour la Biennale de Taipei, You and I don’t live on the Same Planet.
Auteur de roman policier français. Il fréquente le lycée Michel-Montaigne, où il obtient son baccalauréat, série littéraire, en 1972. Il suit ensuite des études de Lettres à l’Université Bordeaux Montaigne. Professeur de lettres dans un collège de Bègles, il est un lecteur passionné entre autres de littérature policière. Il commence à écrire sur le tard à l’âge de 30 ans des romans noirs et connaît un succès immédiat.
Magali Le Huche est auteure-illustratrice pour l’édition jeunesse et la bande dessinée. Célèbre pour ses personnages Paco le chien, Non-Non l’ornithorynque ou Jean-Michel le caribou, elle a signé plus d’une centaine de livres illustrés reconnaissables par son trait expressif et vivant, ses images colorées, son humour et sa fantaisie.
Écrivain, il est membre de l’Oulipo depuis 1992. Beaucoup de ses travaux de nature oulipienne se situent dans le domaine du texte court, voire du fragment, et s’apparentent à la série construite autour d’une contrainte (parfois cachée). C’est le cas, entre autres, de La Chapelle Sextine. Collaborateur de l’émission de France Culture Les Papous dans la tête, il est l’un des membres fondateurs des Amis de Jean-Baptiste Botul. Docteur en linguistique, auteur d’un essai sur l’esthétique de l’Oulipo, il enseigne également le journalisme à Paris III et les pratiques rédactionnelles à Paris V. Son œuvre romanesque est publiée en grande partie chez Lattès, puis chez Gallimard.
Née en 1960, Nathalie Léger a été commissaire de plusieurs expositions et notamment Le Jeu et la Raison, consacrée à Antoine Vitez (Festival d’Avignon 1994), ainsi que de l’exposition Roland Barthes, qui s’est tenue au Centre Georges-Pompidou en 2002 puis, en 2007, de l’exposition Samuel Beckett, dans ce même lieu. Elle a dirigé l’édition en cinq volumes des Écrits sur le théâtre d’Antoine Vitez (P.O.L., 1994-98) et établi, annoté et présenté celle des deux derniers cours de Roland Barthes au Collège de France, La Préparation du roman (Seuil-Imec, 2002). Elle est directrice de l’IMEC depuis 2013, et publie l’ensemble de son œuvre littéraire chez P.O.L.
Ce duo guitare / voix accompagne l’auteure Raphaële Frier lors de lectures musicales de certains de ses livres. Guitariste et percussionniste passionné d’arrangements, musicien dans plusieurs formations musicales, Richard Gérard fonde en 2018 le duo Aimée Lespierres au répertoire varié de compositions et de reprises. Marilou Gérard, chanteuse à la voix claire et puissante, joue et chante dans différentes formations (chanson, jazz, rock, Soul, pop…). Depuis 3 ans, elle enseigne le chant à Marseille au sein de l’école Uptown Music School. Elle est la chanteuse Lead d’Aimée Lespierres.
Né en 1978, Hugo Lindenberg a suivi une formation à l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, avant de collaborer en tant que journaliste free-lance avec des médias comme Les Inrockuptibles, Médiapart ou Stylist magazine. Son premier roman a paru chez Christian Bourgois en août 2020. Il vit et travaille à Paris, où il a repris des études pour devenir psychologue.
Jeanne Macaigne dessine pour la presse et publie des livres jeunesse aux éditions MeMo et Les fourmis rouges. Sa particularité ? Elle imagine des personnages et des paysages hypnotiques, colorés, à la beauté saisissante. Et se préoccupe du bien-être des animaux, des plantes et des êtres humains qui nous entourent.
Charif Majdalani, né en 1960 à Beyrouth, a fait ses études supérieures en France, pendant la guerre civile libanaise (thèse à Aix, en 1993, sur Antonin Artaud). Il a été un des collaborateurs de la revue L’Orient-Express dirigée par le journaliste assassiné Samir Kassir. Il est actuellement chef du département de Lettres françaises de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Il avoue un goût prononcé pour le baroque et le métissage des cultures, sur lequel il a d’ailleurs écrit un Petit traité des mélanges.