Ecrire sous la contrainte

Eduardo BertiHervé Le TellierPablo Martín Sánchez

Trois membres de l’Oulipo réunis pour nous parler de ce collectif où le rapport aux grandes œuvres du passé et l’écriture sous contrainte offrent une liberté littéraire à nulle autre pareille.

Eduardo Berti
Hervé Le Tellier
Pablo Martin Sanchez
Table ronde
Hippodrome de Parilly, Salle des Parieurs
dimanche 13 mars
/
11h00

L’Argentin Eduardo Berti, l’Espagnol Pablo Martin Sanchez et le français Hervé Le Tellier, tous trois membres de l’Oulipo – le fameux Ouvroir de littérature potentielle fondé par Raymond Queneau et François Le Lionnais – échangent sur leur pratique d’écriture, la façon dont la contrainte s’inscrit dans leur rapport au texte, et leur inscription dans un héritage littéraire qui va d’Italo Calvino à Georges Perec en passant par Marcel Duchamp ou Jacques Roubaud. Des auteurs qui développent par ailleurs des œuvres personnelles qui mêlent l’histoire et le contemporain, entre jeu littéraire et exigence stylistique.

Eduardo Berti est un écrivain né en Argentine, vivant en France et écrivant en espagnol, membre de l’Oulipo depuis 2014, auteur d’une œuvre considérable composée de romans, récits, recueils de nouvelles et microfictions publiés chez Actes Sud dont L’Ombre du boxeur (2011) et Le Pays imaginé (2012). Il publie aux éditions de la Contre-Allée un dyptique composé de Un père étranger et Un fils étranger, en 2021.

Hervé Le Tellier est écrivain, mathématicien de formation et membre de l’Oulipo depuis 1992. Il a publié des romans, nouvelles, recueils de poésies et des formes très courtes, souvent humoristiques, dont ses variations sur la Joconde. Il  est notamment l’auteur de Assez parlé d’amour, Moi et François Mitterrand, Toutes les familles heureuses (J.C Lattès 2009, 2016 et 2017) et de L’Anomalie (Gallimard), Prix Goncourt 2020.

Pablo Martín Sánchez est un écrivain espagnol,  membre de l’Oulipo depuis 2014, par ailleurs traducteur de Raymond Queneau, Wajdi Mouawad, Delphine de Vigan ou Hervé Le Tellier. Après Frictions et L’Instant décisif (La Contre Allée, 2016 & 2017), il publie L’anarchiste qui s’appelait comme moi en 2021 aux éditions Zulma.

Rencontre modérée par Christine Ferniot

Suivez-nous
© Fête du livre de Bron 2021

Suivez-nous
© Fête du livre de Bron 2021

Appuyez sur “Entrée” ou cliquez sur l’icône de recherche pour afficher les résultats.