Rencontre avec Anthony Passeron

Sélectionné pour le Prix Summer 2023 et Prix Wepler – Fondation La Poste 2022, Anthony Passeron viendra présenter « Les enfants endormis » son 1er livre paru en août dernier, aux éditions Globe, à Bron et Lyon, le jeudi 26 janvier et le vendredi 27 janvier en soirée.

2 rendez-vous prévus
– Jeudi 26 janvier à 19h à la Médiathèque Jean Prévost / Bron
– Vendredi 27 janvier à 19h à la Bibliothèque de Lacassagne / Lyon (En partenariat avec les BM de Lyon)

Découvrez le Booktube sur Anthony Passeron, avec Fintan, bibliothécaire à Champagne-au-Mont-d’Or, réalisé par Thomas Iglésis pour les BM de Lyon et la Métropole de Lyon.

©Jessica Jager

Anthony Passeron enseigne les lettres et l’histoire-géographie dans un lycée professionnel. Il est né à Nice en 1983, une région qui est au cœur de son premier roman, paru aux éditions Globe, dans lequel il revient sur l’histoire familiale et la figure de son oncle Désiré, mort prématurément du sida et dont le destin tragique a longtemps été occulté. Une véritable révélation littéraire.

 

C’est lors d’une conversation avec son père que le narrateur / auteur ouvre la boîte de pandore sur l’histoire secrète de son oncle Désiré, disparu en 1987 dans un silence assourdissant. Il va petit à petit reconstituer l’histoire de cet homme, le fils « préféré » de bouchers de l’arrière pays niçois – ayant connu une ascension sociale fulgurante durant les trente glorieuses – qui verra sa jeunesse percutée par l’addiction à l’héroïne, la séropositivité et le déni familial lié au caractère « honteux » de cette maladie. Un jeune homme qui comme beaucoup d’autres, au début des années 80, comble son ennui et sa soif d’aventure dans la consommation compulsive d’une drogue dévastatrice. Un jeune homme qui se retrouve au cœur d’une tragédie familiale, mais qui est également le symbole d’un naufrage sociétal. Car si le fil rouge du livre est avant tout intime, celui-ci propose aussi une radiographie générale de la prise en charge défaillante de cette maladie : les bisbilles entre chercheurs français et américains, les hésitations sur la nature du mal, les espoirs de traitements et les désillusions qui s’ensuivent, la marginalisation des malades pour des raisons éthiques, l’incurie des politiques face à ce fléau… En oscillant entre l’individuel et le collectif, l’affectif et le scientifique, il donne à son oncle un tombeau bouleversant, tout en pointant les remous d’une époque dont les enjeux sociétaux sont encore à l’œuvre au début des années 2020. Un roman ultra sensible et particulièrement nécessaire.

Le roman d’Anthony Passeron pourrait se situer entre A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, d’Hervé Guibert, Retour à Reims de Didier Eribon et Sang damné d’Alexandre Bergamini. L’ombre d’Hervé Guibert plane évidemment sur ce livre, et notamment celle du premier volume de sa trilogie autobiographique, A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, dans lequel il donnait un témoignage littéraire de grande intensité sur la maladie, la mort des proches, l’amitié et la trahison… L’autre référence pourrait être le Retour à Reims, de Didier Eribon, dans lequel le sociologue mettait en scène la rupture avec son milieu d’origine, la mise au ban familiale pour cause d’homosexualité, et le mécanisme de honte sociale mutuelle à l’œuvre dans ces familles déchirées. Évoquons enfin le livre important d’Alexandre Bergamini, Sang damné, qui résonne très puissamment avec Les enfants endormis, que ce soit à travers l’enquête familiale, la chronique d’une maladie ou la dimension sociale, politique et humaine de cette épidémie. Nous pourrions d’ailleurs rajouter le lien à La Peste, d’Albert Camus, qui ouvre le texte d’Anthony Passeron avec cette phrase citée en exergue : « C’est que les rats meurent dans la rue et les hommes dans leur chambre ».

Retrouvez le portrait de Anthony Passeron par Yann Nicol ici

Et pour aller plus loin sur le Prix Summer, rendez-vous ici.

Invités

Anthony Passeron est né à Nice en 1983. Il enseigne les lettres et l’histoire-géographie dans un lycée professionnel. Les Enfants endormis est sont premier roman.
Partage

Dans la même rubrique

Après un an de lectures et de rencontres dans les médiathèques de la Métropole, les lecteurs du Prix Summer et les cinq écrivains sélectionnés se préparent pour une table ronde qui révèlera le lauréat de cette 6ème édition.
Invité pour le Prix Summer 2023, Jean-Baptiste Maudet viendra à la rencontre des lecteurs et usagers des bibliothèques de Dardilly, de l’Université Lyon 2 et de Vaulx-en-Velin le vendredi 20 et le samedi 21 janvier prochain.
Sélectionnée pour le Prix Summer 2023, Carole Fives viendra à la rencontre des lecteurs et usagers des bibliothèques de Rillieux-la-Pape et Saint-Genis-les-Ollières le mardi 17 janvier et le mercredi 18 janvier prochain.
Suivez-nous
© Fête du livre de Bron 2021

Suivez-nous
© Fête du livre de Bron 2021

Appuyez sur “Entrée” ou cliquez sur l’icône de recherche pour afficher les résultats.